Les archives de l'auteur : maxbel93

Une saison de domination

Je m’excuse de m’être absenté si longtemps de l’écriture de ce blogue, j’avoue avoir été plongé dans la domination Verstappen et Red Bull; pas d’idées et de temps à consacrer, tel était en 2022 l’année d’un double champion du monde dominant et celle où ce dernier a pu battre le record du nombre de victoires en une seule année.

Max Verstappen et Red Bull: voilà les mots qui représentent la saison 2022. À l’autre bout du spectre, nous avons un Lewis Hamilton qui n’a obtenu aucune victoire cette année – sa seule saison en carrière – et doit accepter le sort de terminer derrière son coéquipier au classement. George Russell a en effet remporté le Grand Prix du Brésil, seule victoire Mercedes en 2022, et première en carrière pour Russell. Il faut reconnaître aussi une belle performance de l’écurie Alpine, qui termine au quatrième rang du classement des constructeurs, devant McLaren. Il faut aussi souligner (je le souhaite) la belle performance de Valtteri Bottas, qui a terminé 10e au classement des pilotes avec 49 points. Pour le reste, bonne retraite à Sebastien Vettel!

Pour la saison 2023, je souhaite que le championnat soit plus serré entre Red Bull, Ferrari et Mercedes. Je pense que surtout Ferrari aurait déjà dû bien se battre avec Red Bull en 2022 pour les deux championnats. Mercedes a démontré qu’elle avait fait ses devoirs durant toute la saison et est sortie de la noirceur qui la hantait en première moitié de championnat, maintenant pourra-t-elle rivaliser d’égale à égale avec les écuries de pointe en 2023? Il faudra attendre les essais hivernaux et peut-être les premiers Grands Prix pour obtenir des réponses.

En attendant, soyez patients, regardez les reprises de la saison 2022 comme je le fait, les rouges s’éteindront à Bahreïn un jour ou l’autre! Je profite de l’occasion pour souhaiter à tous mes lecteurs un excellent temps des fêtes, et que la prudence soit toujours de mise en piste comme hors piste!

Premières observations de 2022

Maintenant que les deux premières manches du championnat 2022 sont complétées, on peut dores et déjà commencer à dresser un premier portrait de la saison. Les changements techniques ont tout d’abord apporté certaines évolutions, dont la possibilité pour les voitures de se suivre de plus près et donc d’avoir des dépassements favorisés, sans compter les pneus de 18 pouces qui rendent les monoplaces plus difficiles à conduire pour les pilotes. Ensuite, on peut parler de la nouvelle réglementation au sujet du plafond salarial des écuries, qui ira encore en descendant au cours des prochaines années. Aux premières observations, Mercedes, parmi les autres, semble souffrir visiblement de cette amputation salariale et cela est sans doute une des conséquences du manque de performance en début de saison. Ferrari, au contraire, a fait un bond de géant par rapport à l’année dernière, toujours selon les premières données. Il a fort à parier que la lutte entre Red Bull et Ferrari sera grande en 2022.

Il est cependant trop tôt pour sauter à des constats représentatifs pour un si petit échantillon de deux Grands Prix. Mercedes aura certes beaucoup de travail à faire mais il n’est pas impossible qu’elle remonte. Personnellement, j’aime la création de cette espèce de valeur plus égale entre les écuries, prenons l’exemple de l’écurie Haas qui a enfin obtenu ses premiers points depuis longtemps.

Prochain rendez-vous dans deux semaines à Melbourne pour le grand retour du Grand Prix d’Australie!

La saison prometteuse

La saison 2021 de Formule 1 nous en a fait voir de toutes les couleurs. Jusqu’à la toute dernière course. Pour la deuxième fois seulement dans l’histoire du championnat, la dernière épreuve s’est jouée avec un bris d’égalité. Un jeune prétendant au titre contre un vétéran tentant de décrocher le dernier record qu’il lui reste à décrocher. Jusqu’au dernier tour de la vingt-deuxième manche, les fans ont été arrosés de suspense.

Le championnat de Formule 1 2022 semble donc être prometteur, avec de nouveaux règlements techniques. Il est peut-être trop tôt pour prédire quoi que soit, même avant d’avoir un portrait moyen, il faudra attendre deux ou trois Grands Prix. L’arrivée de George Russell chez Mercedes aux côtés de Lewis Hamilton va certainement brasser les cartes, même si Russell aura peut-être des instructions de la part de son écurie de demeurer prudent et de prioriser une bonne intégration et l’apprentissage progressif pour sa première saison. De son côté chez Red Bull, Max Verstappen va tenter de protéger son titre, tandis que son rival va tenter de racheter son huitième sacre. Les écuries McLaren et Alpine vont de leur côté tenter de renforcer leur montée parmi les meilleurs des autres.

La saison 2022 devrait – si la situation le permet toujours – marquer le retour du Grand Prix du Canada, mon Grand Prix national, qui avait été annulé en 2020 et 2021 pour les raisons que l’on connaît. Depuis 2017, j’ai des billets en tribune au circuit Gilles-Villeneuve pour les trois jours de l’événement. Les fans de F1 à travers la planète adorent le Grand Prix présenté à Montréal.

J’ai personnellement très hâte à l’extinction des rouges à Bahreïn, le 20 mars prochain.